Accueil > Culture > EXPOSITION – BIENNALE PARIS Epiphyte, Dialogue floral
25 Août

EXPOSITION – BIENNALE PARIS Epiphyte, Dialogue floral

Posté par

Catalina Lainé, Sous-bois de graminées, mousseux et bruns, hâtivement plantés en bottes,
Composition inspirée de l’huile sur toile Portrait d’un étalon arabe de Théodore Géricault,
présentée aux enchères lors de la vente Maîtres anciens & du XIXe siècle du 2nd semestre.

 

Paris – Du 7 au 14 septembre 2018, Artcurial propose une exposition inédite à l’occasion de la Biennale Paris. Elle est organisée à l’initiative de la journaliste et fondatrice du Collectif de la fleur française Sixtine Dubly, et s’intitule Epiphyte, du nom de ces plantes qui utilisent comme support pour se développer un autre végétal.

 

La maison de vente invite 10 fleuristes émergeants sur la scène française et internationale, pour un dialogue innovant. Chacun a carte blanche pour inventer une création florale avec comme point de départ une œuvre importante offerte aux enchères au cours du 2nd semestre 2018 par l’un des 25 départements de spécialité de la maison.

 

Pierre Banchereau (Maison Debeaulieu), Louis-Géraud Castor (Castor fleuriste), Catalina Lainé, Jefferson Fouquet, Alice Auboiron ou encore Rica Araï, ont notamment répondu à l’invitation d’Artcurial. Ces talents, qui exercent en France, à Londres et à New-York, interprètent une œuvre de leur choix en créant une installation floral éphémère. Ces créations, sont, par exemple, inspirées du travail de Lucio Fontana, Diego Giacometti, René Lalique, Théodore Géricault ou encore Ettore Sottsass.

 

Initier cette conversation entre les fleuristes et les œuvres d’art rappelle aussi que les fleurs furent une source d’inspiration importante de l’histoire de l’art entre la fin du 16eeme siècle et le début du 20e siècle. Le visiteur découvrira un univers végétal et artistique, où l’œuvre d’art et la nature font corps. Les fleurs se servent de l’œuvre comme support, et inversement, offrant une perception différente de l’un et l’autre.

 

« La conversation entre cette nouvelle génération de fleuristes et les œuvres d’art évoque la nature du lien nourricier – parfois ambiguë – entre l’artiste et son sujet. Et soulève aussi la question des relations de l’homme à son environnement. La création du fleuriste est une œuvre hybride, qui se déploie à partir de l’œuvre d’art. A l’image du végétal épiphyte, comme l’orchidée équatoriale, qui se fixe sur les plantes en hauteur, se nourrit de micro-organismes, de brumes et de soleil. » Sixtine Dubly, Commissaire de l’exposition Epiphyte

Categories: Culture
Tags:
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
Les champs obligatoires sont indiqués avec *
  1. Pas encore de trackbacks

Instagram
Rss Feed Tweeter button Facebook button Technorati button Reddit button Myspace button Linkedin button Webonews button Delicious button Digg button Flickr button Stumbleupon button Newsvine button Youtube button
%d blogueurs aiment cette page :